L'histoire Label Art

Tout a commencé en 1995.

Label Art, c’est l’histoire d’une femme qui a fait de son rêve une réalité …

Elle, c’est une Artiste, tout comme vous. Elle peint comme elle respire, depuis des années. Des paysages de neige en été parce qu’il fait trop chaud, et d’été pour réchauffer les longues soirées d’hiver, de l’Art naïf principalement. Elle n’a jamais pris ni cours ni suivi de « maîtres ». Elle peint à l’instinct.
Elle c’est Nicole. Elle vit tout près de Paris. En dehors d’aimer la peinture et les opéras, elle adore la nature et la mer.
Chaque été elle prend sa voiture et roule droit vers le Sud pour y passer ses vacances et s’inspirer de cette région varoise qu’elle commence à bien connaître. Un petit village haut perché accueille son atelier de peinture et son matériel qui s’épuise très vite au rythme des semaines sous le soleil et le chant  des cigales.
Un jour qu’elle n’a plus aucun blanc de titane, Nicole décide de rouler vers un marchand de couleurs, et d’encadrer par la même occasion quelques toiles qu’elle a peintes sous le soleil ardent de ces dernières semaines.

Et c’est là qu’elle se dirige vers la fabrique de cadres qui va changer sa vie.
Nichée au fond d’une zone industrielle, perdue dans les multiples entreprises de la Seyne sur Mer se cache un atelier d’encadrement. Oh ! Bien sûr ce n’est pas le grand luxe, ici tout est bricolé même la porte d’entrée, mais on sent lorsqu’on se gare devant que c’est un endroit un peu à part, presque irréel.
Tout d’abord la porte d’entrée coulissante gigantesque qui permet d’accéder au magasin est différente des autres magasins habituels. Vous connaissez  cette œuvre de Vincent Van Gogh ? Elle dépeint un couple de moissonneurs épuisés qui fait la sieste à l’ombre d’une meule l’été. Elle s’appelle « la méridienne ».
Magnifique et gigantesque, le décor est planté : c’est cette fresque reproduite sur une surface immense qui interpelle et fait sourire le visiteur dès qu’il contemple le lieu !

En ouvrant la grande porte du magasin adossé à l’atelier elle découvre une myriade de produits, et le patron la regarde avec bienveillance.

Et c’est à ce moment là que Nicole comprend que sa vie va basculer.

Et si elle suivait son instinct ? Et si elle achetait cette usine qui n’est pourtant pas à vendre ? Et si elle s’avançait là, maintenant, en demandant au propriétaire de réfléchir à sa demande et de considérer qu’elle est vraiment sérieuse. Et si elle osait ?

De ce moment un peu fou, improbable jaillit l’histoire de Label Art. Quelques mois plus tard, Nicole va vendre sa maison, quitter la banlieue parisienne et s’installer dans sa petite maison du Sud pour se rendre tous les jours dans cet endroit rêvé des artistes et gérer cette « petite entreprise » tout en poursuivant sa passion : la peinture.

Label Art est né d’une volonté : faire de sa vie un rêve et de son rêve une réalité.

La suite ?

En 1997, Caroline et Pascal prennent la relève. Caroline c’est la fille de Nicole. C’est moi en l’occurrence, celle qui vous raconte aujourd’hui cette belle histoire, assise à mon bureau, de ma Provence ensoleillée, un café posé près de moi. C’est le matin, en ce beau mois de juin, je songe à tout ce chemin parcouru depuis toutes ces années.

J’ai moi aussi plaqué Paris à 22 ans. La capitale me tendait les bras, une belle offre d’embauche dans une multinationale bien connue. Et puis non … Je relevais le défi de devenir chef d’entreprise. Et  j’ai rejoint l’équipe en janvier 1996.

Je suis tombée dans la potion magique d’internet en 1998. Alors nous avons créé notre premier site. A l’époque, personne n’y comprenait grand chose. Nous étions des bricoleurs et j’adorais cela. Je passais un temps infini avec mon modem 56K, à tenter de comprendre les immenses possibilités de communication de ce nouveau réseau. Cela me fascinait.
La première version du site comprenait 5 articles, nous avions cartonné : 20 visites par jour ! ;-)
Et même des commandes !  Les banques n’offraient à l’époque aucune possibilité de paiement en ligne. Nous avons donc proposé à nos premiers clients internautes des solutions bricolées toutes simples pour construire et avancer vers ce qui révolutionna le monde entier dans les années qui suivirent.
Etre pionniers dans cette technologie, quelle fabuleux défi pour l’équipe que nous étions …

Et puis très vite tout est arrivé.
Déjà les collections d’encadrements choisies par Pascal se sont étoffées. Il faut le voir Pascal, choisir chaque année ses modèles de moulures, au salon international de Florence puis de Bologne ! Quand il débarque sur un stand, il est accueilli chaleureusement et puis on le laisse déployer les jeux d’angles. Pour les choisir il possède sa façon particulière bien à lui : retirer les jeux de moulure des murs, les étaler à même le sol et les contempler de loin, en fronçant les yeux pour mieux en saisir les intensités et reflets chatoyants, comme un artiste contemple sa fresque !
Alors vous le voyez discuter des tons, des variations possibles et apporter aussi ses avis qui seront écoutés par les fabricants de moulures lors de la réalisation du modèle définitif après le salon.
Nous ne sommes pas peu fiers d’avoir lancé et designé la collection Estoril dès les années 2000 ou Tamaris, qui furent de grands succès sur tout le territoire national !

Pascal Dussouet gère aujourd’hui des milliers de références qu’il pilote à partir des systèmes ingénieusement développés par ses soins. L’équipe composée de menuisiers qualifiés, de vendeurs conseil et de préparateurs de commandes est orientée en permanence vers la satisfaction de nos clients dont certains nous suivent depuis le début de l’aventure. D’autres nous ont rejoint entre temps. Nous avons toujours privilégié l’écoute et la consultation, passant parfois de longues heures avec eux pour comprendre leurs attentes et adapter chaque nouvelle version à leurs regards d’Artistes.
Ainsi est né le blog qui parle des techniques de peinture et aussi notre chaine vidéo YouTube.

Qu’est devenue Nicole ? Je suis sure que vous vous posez en ce moment même la question. Elle coule des jours paisibles dans sa maison provençale et en ce moment se consacre à ses rosiers et à son potager.

Voltaire avait raison ! « Cultivons notre jardin » !

 


Une Question ? Nous sommes là pour vous aider x